Accueil > Espace Patients > Sénior

L’ostéopathie pour les séniors avec les ostéopathes Simon Le Breton et Jenna-Antonella Compan

Les séances d'ostéopathie chez les séniors à Biarritz, St Geours de Maremne et Pontonx sur l'Adour

 

Ostéopathes pour les séniors

La prise en charge ostéopathique précoce et régulière permet au sénior de gagner en fonctionnalité et de préserver son autonomie en ayant une action sur la dimension physique de manière durable. De la même manière, le traitement ostéopathique diminue fortement les douleurs (arthrose notamment) ressenties sur le long terme et participe ainsi à l’amélioration de la qualité de vie. Notre intervention permettra de :

  • Maintenir une bonne mobilité articulaire
  • Prévenir les chutes
  • Diminuer les douleurs
  • Préserver une bonne qualité de vie en vous donnant la 
possibilité de continuer ou reprendre vos activités quotidiennes et vos programmes d’exercices
 

Quand venir consulter ?


  • Pour un simple bilan ou après un traumatisme (entorses, séquelles de fractures...), après une douleur vive ou chronique (lumbagos, cervicalgies...), après une intervention chirurgicale, après une crise d’arthrose...
Le but étant d’éliminer ou de diminuer certaines limitations articulaires, tensions musculaires, compensations du corps et autres symptômes liés à des pathologies (arthrose, prothèse au genou, de hanche, problèmes vertébraux chroniques, etc) ce qui facilitera la reprise d’activité physique dans votre quotidien et une meilleure qualité de vie.
  • Mais également pour une ostéopathie préventive et de confort de vie. Afin de minimiser les risques de chutes, il est conseillé de consulter votre ostéopathe pour stabiliser les zones de faiblesse et optimiser la mobilité de votre corps.

Ainsi, bénéficier des compétences de vos ostéopathes Simon Le Breton ou Jenna-Antonella Compan, vous permet d’avoir un quotidien plus confortable

 
Avec une certaine dose de persévérance et de discipline, il est possible de maintenir une condition physique étonnante à tout âge. 

Le veillissement : processus physiologique


Avec le temps le corps va perdre de son élasticité et donc de sa flexibilité. En effet, les ligaments et les tendons sont moins souples, les cartilages et les os s’usent, les articulations s’enraidissent. Dès lors, se lever, se déplacer et aussi faire les gestes de la vie quotidienne peuvent s’avérer plus difficile. L’ensemble des fonctions corporelles s’amenuise, ce qui favorise l’apparition d’incapacités.
De plus, la perception par les sens, ainsi que la coordination des mouvements ont tendance à s’altérer.

Ainsi, une personne vieillissante peut progressivement être exposée à des déséquilibres, et aux chutes, ce qui la contraint à la perte d’autonomie et à l’isolement, avec un retentissement non négligeable sur le plan psychologique et social.

De plus, en vieillissant votre corps reste marqué par vos anciens traumatismes physiques (fractures, entorses, chutes,...) et psychologiques (perte d’un proche...), et par les changements physiologiques occasionnés (la ménopause chez la femme, l’andropause chez l’homme) ou par des interventions chirurgicales.

Vieillissement et activité physique


Ostéopathie pour séniorAvec le temps les articulations deviennent plus raides, et les journées sont parfois de plus en plus fatigantes physiquement.
Les personnes ayant moins de capacités « motrices » vont souvent diminuer l’intensité physique de leurs activités et devenir ainsi encore plus limitées.

Une articulation est un engrenage mécanique qui a besoin d’être lubrifié pour bien fonctionner. En effet, lors des mouvements, le liquide synovial au sein de l’articulation va jouer ce rôle de lubrifiant naturel et va permettre de nourrir l’ensemble des structures articulaires et péri-articulaires (notamment les cartilages articulaires).

Le manque d’activité physique, dû aux douleurs existantes, à un problème d’équilibre, à une ancienne blessure, à une sédentarité et à un manque de volonté, vont alors entrainer inévitablement une raideur articulaire très importante. S’installe alors un cercle vicieux, dont il est difficile de sortir. Moins vous en faites et moins vous en ferez !

L’on peut diviser la population sénior en :

  • Groupe 1 : les seniors valides en bonne santé. Ils peuvent être sportifs de compétition ou de loisir, ou sédentaires.
  • Groupe 2 : les seniors fragiles ou en cours de fragilisation. Ils présentent une perte plus ou moins importante des capacités d’interaction avec l’environnement, en particulier en termes de capacités musculaires et cognitives. Pour eux, l’activité physique présente un intérêt sur le plan de la mobilité, de l’équilibre, de la souplesse et de la force musculaire, en particulier dans la prévention des chutes.
  • Groupe 3 : les seniors malades et/ou dépendants. Il s’agit de personnes présentant des pathologies chroniques, associées ou non à une perte d’autonomie fonctionnelle plus ou moins marquée. La pratique ici sera une véritable « prise en charge thérapeutique » qui participera à l’amélioration de la santé, au maintien de l’autonomie et à la diminution de la consommation médicamenteuse !

Nombreux sont ceux qui croient, à tort, que la perte d’autonomie liée à l’âge est systématique et permanente. Mais il est faux de croire que cet état s’avère permanent et qu’il n’y a rien à faire pour y remédier.

Il a été démontré que, même à un âge avancé, le corps humain exposé à un entraînement combinant exercices de flexibilité/renforcement musculaire et entraînement cardiovasculaire est capable de s’adapter et de fabriquer à nouveau : du muscle, du cartilage, de l’os, du liquide synovial...

Les changements physiologiques attribuables au vieillissement peuvent être ralentis ou minimisés par des exercices qui réduisent également le risque de maladies chroniques.

Faites de l'exercice !!

Exercices cardio-vasculaires


La durée des exercices cardiovasculaires recommandée pour la personne âgée est la même que pour tout adulte :

30 minutes, 5 fois par semaine d’effort modéré ou
20 minutes d’effort plus intense, 3 fois par semaine (marche, vélo, natation, aquagym, aquabike, marche nordique, golf…)

Ces exercices doivent venir en supplément 
des activités de la vie quotidienne ou des exercices d’intensité modérée qui durent moins de 10 minutes (tâches ménagères, marche, bricolage, jardinage...). 

Exercices de renforcement musculaire


La personne âgée doit toutefois être légèrement plus persévérante quant aux exercices de renforcement. En effet, en choisissant une dizaine de groupes musculaires à travailler, 10 à 15 répétitions pour chacun, 2 à 3 fois par semaine cela permet d’augmenter la masse musculaire, la force et le tonus musculaire. (Pilates, exercice de gym, salle de sport ou à la maison avec un poids (bouteille d’eau par exemple))

Exercices d'équilibre et d'assouplissement


Afin de diminuer ou prévenir les risques de chutes, il peut être pertinent de faire quelques exercices d’équilibre, (type yoga, pilates) recommandé spécialement chez les personnes diagnostiquées à risque. Il reste maintenant les assouplissements pour compléter le programme. Ils doivent être exécutés suite à une période d’échauffement, après les d’exercices cardiovasculaires, par exemple.

La fonction musculaire sera ainsi préservée, même améliorée.